Capsule

Que faire pour que le conte retrouve ses lettres de noblesse au Bénin ? Fidèle Anato fait des propositions

today21 mars 2024

Arrière-plan

Le 20 mars est la journée mondiale du conte. Un événement instauré afin de restituer le rôle qu’a joué cet art à travers les différentes cultures et l’évolution du monde. Lors de cette journée, plusieurs personnes racontent et écoutent des histoires dans diverses langues à travers le monde. Le conte, un art qui a également occupé une place déterminante dans la culture africaine. Plusieurs Africains, surtout de nationalité béninoise, vous diront que leurs soirées d’enfance ont été bercées par des contes. Avec la modernisation, le conte le soir au clair de la lune est devenu chose rarissime. Témoignages

  • cover play_arrow

    Que faire pour que le conte retrouve ses lettres de noblesse au Bénin ? Fidèle Anato fait des propositions Radio Afrique Santé

 

Pour Fidèle Anato, acteur culturel et médiateur des arts culturels, le conte est l’art qui permet à la race humaine de se remémorer en quelque sorte son passé afin de tirer des leçons des erreurs de ses ancêtres.

  • cover play_arrow

    Que faire pour que le conte retrouve ses lettres de noblesse au Bénin ? Fidèle Anato fait des propositions Radio Afrique Santé

 

Quelle est la place du conte pour qu’il soit si précieux pour toute civilisation ? Fidèle Anato répond.

  • cover play_arrow

    Que faire pour que le conte retrouve ses lettres de noblesse au Bénin ? Fidèle Anato fait des propositions Radio Afrique Santé

 

Face au constat de la mise en arrière-plan du conte dans l’éducation et les jeux culturels de nos jours avec l’avènement des réseaux sociaux chez la jeune génération, le spécialiste culturel pense que l’État pourrait insérer les arts oraux, plus précisément le conte, dans les programmes scolaires. Fidèle Anato

  • cover play_arrow

    Que faire pour que le conte retrouve ses lettres de noblesse au Bénin ? Fidèle Anato fait des propositions Radio Afrique Santé

                                                                                     Mariella DOHOU

Écrit par: Radio Afrique Santé

Rate it

0%