Capsule

Pollution des océans : Un facteur de prolifération du cancer

today30 juin 2022 2 5

Arrière-plan

La pollution des océans est de nos jours à la base de la prolifération de plusieurs maladies, dont le cancer. C’est l’une des raisons parmi tant d’autres qui justifient le souci permanent des Nations-Unies de trouver des solutions pour préserver les espaces maritimes.

Dans cette optique, une conférence sur la santé des océans a une fois de plus réuni, le 27 juin 2022 à Lisbonne pour 05 jours, des milliers de responsables politiques, d’experts et défenseurs de l’environnement. Elle avait pour but de se pencher sur les solutions à envisager afin de préserver les espaces maritimes.

Les microplastiques dans l’océan : c’est le cancer dans les assiettes

Vous vous interrogez certainement  et ceci à raison – sur le lien de cause à effet qui pourrait exister entre la pollution des espaces maritimes et le cancer. Et pourtant la réponse est d’une évidence logique. Le poisson, faut-il le rappeler, reste l’un des aliments les plus recommandés par les nutritionnistes. Ses vertus sur la santé ne sont plus à démontrer. Mais entre les métaux lourds et les déchets plastiques qui envahissent les océans, ses bienfaits semblent de plus en plus émoussés.

En effet, les centaines de millions de tonnes de déchets produits chaque année se dégradent en microplastiques. Ces résidus qui sont en billes microscopiques, sont drainés ou déversés dans les eaux de mer puis atterrissent dans les entrailles des poissons.  Or ces microplastiques concentrent des polluants chimiques dangereux, tels que du PCB (pyralène) et des pesticides susceptibles d’être cancérigènes.

Des chercheurs britanniques de l’université de Plymouth estimaient en 2013 que plus d’un tiers des poissons pêchés dans la Manche en contiennent. Ce taux doit être encore plus élevé aujourd’hui. Selon les estimations de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), si rien n’est fait, la pollution du plastique va tripler en 2060.

La fibromyalgie et la maladie d’Alzheimer…

Depuis le début de la révolution industrielle, la concentration en mercure des eaux marines de surface a triplé. Plus de 5% du mercure déversé dans les mers serait ingéré par les poissons, sous forme de méthylmercure, un métal hautement toxique. On le suspecte aussi de favoriser le développement de fibromyalgies (douleurs musculaires chroniques) et de maladies neurodégénératives, comme la maladie d’Alzheimer ou de Parkinson.

Quid du diabète ?

La mer est devenue plus acide à cause de la pollution. Avec cette acidification, l’odorat des poissons est altéré, selon des études scientifiques. À terme, ils pourraient perdre leur flair, indispensable à leur survie. Or les poissons contiennent des protéines, des substances indispensables à la santé et au bien-être de l’homme.

En effet, les protéines aident l’organisme humain à ralentir la libération de sucres dans le sang et contribuent à l’équilibre de la glycémie. Si la consommation est trop faible, les sucres sont libérés trop rapidement, ce qui entraîne un pic d’insuline et parfois le diabète. De plus, les tissus musculaires et les cellules ont besoin de protéines pour se renouveler correctement.

 

Erwane OLIYIDE

 

Écrit par: Erwane OLIYIDE

Rate it

Article précédent

Enquête

Le dysfonctionnement érectile : Des solutions assez simples pour y remédier

Le dysfonctionnement érectile est un trouble de l'érection chez les hommes. Habituellement appelée impuissance, il constitue une incapacité persistante ou récurrente à obtenir ou à maintenir une érection durant un rapport sexuel. Ce trouble qui peut être à la base d'une dégradation considérable de la qualité de vie chez les hommes apparait toujours dans les sociétés africaines comme un sujet tabou. Le dysfonctionnement érectile doit amener le sujet qui en […]

today29 juin 2022

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%